Lignes directrices de l’AFDC sur les maladies infectieuses, destinées aux intervenants du milieu de la santé

Ces lignes directrices ont été formulées et adoptées par l’AFDC afin d’aider ses membres institutionnels à définir leur propre ligne de conduite en cette matière.

L’AFDC considère que c’est un privilège d’être un professionnel de la santé, et que cette fonction comporte aussi la responsabilité de ne pas nuire ni de faire du tort. Durant leur période d’apprentissage les étudiants en médecine dentaire doivent dispenser des traitements à des patients, et leurs interventions ont parfois un caractère invasif (1-4). Conséquemment les patients et les intervenants sont alors à risque de transmission d’infections comme, par exemple, les maladies aérogènes et les pathogènes à diffusion hématogène- VIH/SIDA, hépatite à virus B (HVB) et hépatite à virus C (HVC) (5-7). C’est pourquoi les professeurs et les étudiants devraient être, d’une part, adéquatement immunisés et, d’autre part, être bien formés en matière de contrôle des infections et de précautions standard, le but étant de minimiser le potentiel d’infection croisée et du même coup diminuer les risques pour les patients, les étudiants, les professeurs et les employés (5-8).

Beaucoup de travailleurs du milieu de la santé, dont les intervenants dentaires, sont réticents à traiter les patients qui souffrent de pathogènes à diffusion hématogène- spécialement le VIH/SIDA (9-13).

Les Facultés et les Écoles de médecine dentaire devraient informer clairement les candidats à l’admission dans leurs programmes d’étude :

  1. 1. qu’au cours de leur apprentissage ils devront traiter des patients porteurs de maladies infectieuses (dont le VIH, le HVB et le HVC);
  2. 2. qu’ils doivent remplir certaines exigences découlant de leur propre état de santé- notamment en ce qui concerne l‘infection au HVB, HVC et VIH- et les immunisations respectives (voir plus bas).
  3. 3. qu’il est impossible d’obtenir un diplôme de DDS/DMD sans avoir exécuté, en clinique, des interventions invasives/propices à la transmission de l’infection.
  4. 4. qu’à cause des problèmes de santé reliés au HIV, à l’hépatite B ou à d’autres infections, les étudiants ou les candidats à l’admission pourraient être inaptes à pratiquer la médecine dentaire de façon sécuritaire et compétente.

Les intervenants du milieu de la santé, dont les dentistes et les hygiénistes, sont à risque d’exposition aux pathogènes à diffusion hématogène (7, 14, 15). Les étudiants en science de la santé, particulièrement les étudiants en médecine dentaire (21, 22), sont aussi à risque d’expositions (16-20). En réalité les étudiants en médecine dentaire sont plus à risque de se blesser par piqures d’aiguille que ne le sont les praticiens d’expérience (23), ce qui, en fait, devrait être pris en compte par les institutions dans l’élaboration de leurs politiques concernant les maladies infectieuses.  Or il existe des vaccins qui protègent contre le HBV et autres infections, et l’existence d’une politique d’immunisation et de dépistage obligatoires des intervenants du milieu de la santé, incluant ceux qui sont en cours de formation clinique, a pour effet de protéger les patients, les étudiants et les intervenants.

Ceux qui travaillent dans le milieu de la santé, dont les intervenants dentaires, et qui exécutent des interventions invasives ont une obligation morale de connaître leur propre état de santé en matière de maladie infectieuse et de subir un examen médical visant à évaluer le risque qu’ils représentent de transmettre une maladie infectieuse (5). Malgré ça moins de 60% des intervenants du milieu de la santé savent qu’ils sont effectivement immunisés contre le HVB (24).

L’admission dans un programme de DDS/DMD doit avoir comme préalable que le candidat se soit soumis à un dépistage et à une immunisation appropriée.

Les politiques d’admission devraient être les mêmes pour les candidats de provenance internationale et les candidats canadiens.

Lignes directrices recommandées pour l’immunisation (6,25-31) :

Les Facultés ou Écoles devraient avoir en place une politique d’immunisation pour les étudiants et les candidats à l’admission. On recommande que les candidats qui désirent se faire admettre dans quelque programme des sciences de la santé que ce soit fournissent les informations attestant :

Diphtérie et tétanos

qu’ils ont reçu une série primaire d’au moins 3 doses et un rappel d’une préparation combinée tétanos-coqueluche-diphtérie  au cours des dernières 10 années.

Polio

qu’ils ont reçu une série primaire d’au moins 3 doses du vaccin polio oral ou du vaccin polio inactivé.

Rougeole

qu’ils ont reçu 2 doses du vaccin contre la rougeole ou une preuve documentée de la présence de la maladie (i.e présence de IgG- rougeole). Les adultes nés après 1970 sans histoire de la maladie doivent recevoir au moins 1 dose du vaccin ROR (rougeole-oreillons-rubéole).

Oreillons

qu’ils ont reçu au moins 1 dose du vaccin contre les oreillons ou une preuve documentée de la présence de la maladie (i.e présence d’IgG- oreillons). En l’absence d’immunisation, 1 dose du vaccin ROR est requis.

Rubéole

qu’ils ont reçu au moins 1 dose du vaccin contre la rubéole ou une preuve documentée de la présence de la maladie (i.e présence d’IgG- rubéole). En l’absence d’immunisation, 1 dose  du vaccin ROR est requis.

Varicelle

qu’ils ont reçu 1 dose (avant l’âge de 13 ans) ou 2 doses (si donné après l’âge de 13 ans) du vaccin contre la varicelle ou une preuve documentée de la présence de la maladie (i.e histoire de varicelle ou présence d’IgG- varicella-zoster).

Tuberculose (TB)

que fut effectué cours des 12 derniers mois un test intradermique à la tuberculine (TIT), en deux étapes, qui se soit avéré  négatif. S’il y a eu auparavant un TIT positif documenté, un traitement antérieur pour TB actif ou un traitement pour TB latent, il est nécessaire que soit effectuée une évaluation médicale afin que la personne soit déclarée non-contagieuse.

Hépatite B

que fut complétée une série du vaccin HVB (hépatite à virus B) et un document attestant de la séroconversion avec apparition d’anticorps contre l’antigène de surface du virus de l’hépatite B (anti-HBs). Le test doit être fait au moins un mois (et pas plus tard que six mois) après la dernière immunisation de la série. Un manque de séroconversion exige une nouvelle vaccination et une réévaluation de l’immunité. Si un intervenant du milieu de la santé n’ayant jamais été testé est trouvé privé des anticorps de protection, une revaccination avec une série complète du vaccin HVB (hépatite à virus B) est indiquée (27).

L’immunisation HVB n’est pas requise s’il y a évidence d’immunité due à une infection antérieure (anti-HBs positif et / ou anticorps contre l’antigène nucléocapsidique du virus de l’hépatite B [anti-HBc]-positif).

Lignes directrices recommandées pour les étudiants et les candidats à l’admission porteurs de maladies infectieuses

Pathogènes à diffusion hématogène

Pour ceux qui ne sont pas immunisés, la transmission du HVB, lorsque comparé au HVC ou au VIH, constitue le plus grand danger en milieu de soins de santé (5, 32-35). La présence de HBeG indique un risque élevé d’infectivité ou de pouvoir infectant (5,34,36, 37). Pour les travailleurs du milieu de la santé qui ont été blessés par des aiguilles contaminées  avec du sang contenant du HVB , le risque de développer l’hépatite clinique si le sang était à la fois HBsAg-positif et HBeAg-positif était de 22% -31%. Par comparaison, le risque de développer l’hépatite clinique par une aiguille contaminée avec du sang HBsAg-positif , HBeAg-négatif était de 1%-6% (34). Les estimés concernant le risque de transmission de la maladie suite à une blessure par une aiguille contaminée avec HVC ou VIH sont approximativement de 2% et 0,3% respectivement (34,38,39). Les intervenants du milieu de la santé, incluant les étudiants, qui s’infectent avec HVC, VIH, ou HVB- sans évidence  d’antigène HBe ou d’une charge virale élevée (>103 génome équivalents/ml) sont considérés à risque bas de transmission (5,38,40-48).

Hépatite B

Les candidats à l’admission  qui sont HBsAg-positifs et HBeAg-positifs ou qui ont une charge virale plus grande que 10génome équivalents/ml ne devraient pas être acceptés dans des programmes cliniques.

Les candidats qui sont HBsAg-positifs mais HBeAg-négatifs peuvent être acceptés, mais devraient recevoir du counseling avant de commencer leur programme clinique.

Ceux qui ne répondent pas(non-immunisés) au vaccin contre l’hépatite B devraient, sur une base régulière, être testés pour la présence de HBeAg et d’ADN viral et devraient être retirés des activités de traitements directs sur patients s’ils sont trouvés positifs pour le HBeAg ou s’ils excèdent une charge virale plus grande que 10génome équivalents/ml.

Les recommandations actuelles devraient être suivies dans la situation où une personne non-immunisée est exposée (27).

Hépatite C

Les candidats à l’admission qui sont porteurs de l’hépatite C peuvent être acceptés, mais devraient recevoir du counseling avant de commencer le programme clinique.

Virus de l’immunodéficience humaine (VIH)

Les candidats à l’admission qui sont VIH-positifs peuvent être acceptés, mais devraient recevoir du counseling avant de commencer la partie clinique de leur programme. Par ailleurs on devrait conseiller aux étudiants chez qui il existe des facteurs de risque pour le VIH de se faire tester sur une base volontaire.

 

Maladies transmissibles

Les étudiants ou les candidats à l’admission porteurs d’une maladie infectieuse (6) ont une obligation morale et déontologique  d’informer l’autorité appropriée de l’institution afin de recevoir des conseils et des recommandations, mesure qui est en accord avec le code de déontologie de l’Association Dentaire Canadienne (49). De plus il se peut qu’il y ait d’autres exigences d’informer l’autorité appropriée dans les différentes juridictions provinciales (5).

La confidentialité concernant l’étudiant infecté doit être respectée. Le nom de l’étudiant infecté et qui nécessite de se faire conseiller ne peut être divulgué sans la permission de l’étudiant.

Les intervenants du milieu de la santé qui sont exposés au VIH, HVB ou HVC devraient être avisés de suivre les recommandations en cours relativement à  la prophylaxie post-exposition (34).

2006 Comité ad hoc sur les maladies infectieuses et les intervenants du milieu de la santé
Blaine M Cleghorn, Chair
Tom Marrie
Gillian McCarthy

2009 Comité ad hoc sur les maladies infectieuses et les intervenants du milieu de la santé
Blaine M Cleghorn, Chair
Tom Marrie
Marie Dagenais

References:

  1. Commission on Dental Accreditation of Canada. Accreditation requirements for Doctor of Dental Surgery (DDS) or Doctor of Dental Medicine (DMD) programs Effective April 1, 2001. Updated with Practice Outcomes Assessment- November 2001. In.: Commission on Dental Accreditation of Canada; 2004. p. 15-16.
  2. Commission on Dental Accreditation of Canada. Accreditation requirements for Oral and Maxillofacial Surgery programs Effective November 30, 2003. In.: Commission on Dental Accreditation of Canada; 2004. p. 14-25.
  3. Commission on Dental Accreditation of Canada. Accreditation requirements for Prosthodontic programs Effective November 30, 2003. In.: Commission on Dental Accreditation of Canada; 2004. p. 18-20.
  4. Commission on Dental Accreditation of Canada. Accreditation requirements for Dental Hygiene programs. Effective July, 2001. Updated with Practice Outcomes Assessment- November, 2001. In.: Commission on Dental Accreditation of Canada; 2004. p. 16-18.
  5. Health Canada. Proceedings of the Consensus Conference on Infected Health Care Worker Risk for transmission of bloodborne pathogens. Can Commun Dis Rep 1998;24 Suppl 4.
  6. Health Canada. Prevention and control of occupational infections in health care. An infection control guideline. Canada Communicable Disease Report. Can Commun Dis Rep 2002;28 Suppl 1:1-264.
  7. McCarthy G, Koval J, MacDonald J. Occupational injuries and exposures among Canadian dentists: the results of a national survey. Infect Control Hosp Epidemiol 1999;20:331-336.
  8. McCarthy GM, Koval JJ, MacDonald JK. Compliance with recommended infection control procedures among Canadian dentists: results of a national survey. American journal of infection control 1999;27(5):377-384.
  9. Aragon C, McCarthy G, Stitt L. Access to dental hygiene services for patients with HIV in Canada In: Abstracts of the Ontario HIV Treatment Network Research Conference. 2005.
  10. McCarthy G, Harris K, Stitt L. Access to elective surgery for patients with HIV or other bloodborne pathogens in Canada. In: Abstracts of the Ontario HIV Treatment Network Research Conference, November 24-25, 2005. 2005.
  11. McCarthy G, John M, Stitt L, Driessen C. Attitudes of nurses related to the care of patients with HIV. In: Abstracts of the XVI International AIDS Conference, Toronto, Canada, August 13-18 2006. 2006.
  12. McCarthy G, Mara T, Driessen C, Stitt L. Regional differences in access to dental hygiene services for those with HIV/AIDS in Canada. In: Abstracts of the XVI International AIDS Conference, Toronto, Canada, August 13-18 2006. 2006.
  13. McCarthy G, Koval J, MacDonald J. Factors associated with refusal to treat HIV-infected patients: the results of a national survey of dentists in Canada. American journal of public health 1999;89(4):541-545.
  14. McCarthy G, Driessen C, John M, Harris K, Stitt L. Occupational exposures to HIV among healthcare workers in Canada In: Abstracts of the XVI International AIDS Conference, Toronto, Canada, August 13-18, 2006. 2006.
  15. McCarthy G, John M, Harris K, Stitt L. Occupational exposures to HBV and HCV among healthcare workers in Canada. In: Abstracts of the 12th International Symposium on Viral Hepatitis and Liver Disease, Paris, July 1-5 2006. Journal of Clinical Virology; Vol 36, Suppl 2, Abstr 129, S 479, 2006. 2006.
  16. Kennedy J, Hasler J. Exposures to blood and body fluids among dental school-based dental health care workers. J Dent Educ 1999;63:464-469.
  17. Health Canada. Division of HIV/AIDS Epidemiology and Surveillance. Updates on the National surveillance of occupational exposure to the human immunodeficiency virus (HIV) 2000;December:1-6.
  18. McGeer A, Simor A, Low D. Epidemiology of needlestick injuries in house officers. The Journal of infectious diseases 1990;162:961-964.
  19. Robillard P, Roy E. Blood and body fluid exposures among health care workers in acute care hospitals. In: Occupational health for health care workers: International Commission on Occupational Health, 1st update, 2nd International Congress. Hagberg, Germany: Ecomed; 1995. p. 158-165.
  20. Yassi A, Khokhar J, Marceniuk M, et a. Hepatitis B vaccination for health care workers: evaluation of acceptance rate and program strategy at a large tertiary care hospital. Can J Infect Control 1993;8:94-97.
  21. McCarthy GM, Britton JE. A Survey of Final-Year Dental, Medical and Nursing Students: Occupational Injuries and Infection Control. J Can Dent Assoc 2000;66(10):561.
  22. McCarthy GM, Britton JE, John MA. Occupational injuries and infection control. Acad Med 1999;74(5):464-465.
  23. Wicker S, Rabenau HF. Occupational exposures to bloodborne viruses among German dental professionals and students in a clinical setting. Int Arch Occup Environ Health 2009.
  24. McCarthy G, John M, Harris K, Stitt L, Mara T. HBV immunization, post-immunization serology and immunity among healthcare workers in Canada. In: Abstracts of the 12th International Symposium on Viral Hepatitis and Liver Disease, Paris, France July 1-5 2006. July 2006. Journal of Clinical Virology, Vol 36, Supp. 2: S 98, abstract 124. 2006.
  25. Health Canada. Guidelines for preventing the transmission of tuberculosis in Canadian health care facilities and other institutional settings. Can Commun Dis Rep 1996;22 Suppl 1.
  26. Health Canada. Routine Practices and additional precautions for preventing the transmission of infection in health care. Can Commun Dis Rep 1999;25 Suppl 4.
  27. Health Canada. Canadian Immunization Guide. 6th ed. Ottawa: Canadian Medical Association; 2002.
  28. Patterson WB, Craven DE, Schwartz DA, Nardell EA, Kasmer J, Noble J. Occupational hazards to hospital personnel. Annals of internal medicine 1985;102(5):658-680.
  29. Sepkowitz KA. Occupationally acquired infections in health care workers. Part II. Annals of internal medicine 1996;125(11):917-928.
  30. Sepkowitz KA. Occupationally acquired infections in health care workers. Part I. Annals of internal medicine 1996;125(10):826-834.
  31. Center for Disease Control. Healthcare Personnel Vaccination Recommendations. 2009 [cited November 9, 2009]; Available from: http://www.immunize.org/catg.d/p2017.pdf
  32. Bartlett J. Report from IDSA: symposium on healthcare worker issues. Hopkins HIV Rep 2000;12(1):3, 8.
  33. Gerberding JL. Management of occupational exposures to blood-borne viruses. N Engl J Med 1995;332(7):444-451.
  34. Center for Disease Control. Updated US Public Health Service guidelines for management of occupational exposures to HBV, HCV and HIV and recommendations for postexposure prophylaxis, June 29, 2001. MMWR Morb Mortal Wkly Rep 2001; 50(RR11):1-42.
  35. Redd JT, Baumbach J, Kohn W, Nainan O, Khristova M, Williams I. Patient-to-patient transmission of hepatitis B virus associated with oral surgery. The Journal of infectious diseases 2007;195(9):1311-1314.
  36. Alter MJ, Mast EE. The epidemiology of viral hepatitis in the United States. Gastroenterology clinics of North America 1994;23(3):437-455.
  37. Luu NS. Dental students with Hepatitis B: issues to be considered when defining policies. J Dent Educ 2004;68(3):306-315.
  38. Gunson RN, Shouval D, Roggendorf M, Zaaijer H, Nicholas H, Holzmann H, et al. Hepatitis B virus (HBV) and hepatitis C virus (HCV) infections in health care workers (HCWs): guidelines for prevention of transmission of HBV and HCV from HCW to patients. J Clin Virol 2003;27(3):213-230.
  39. McCarthy GM, Ssali CS, Bednarsh H, Jorge J, Wangrangsimakul K, Page-Shafer K. Transmission of HIV in the dental clinic and elsewhere. Oral diseases 2002;8 Suppl 2:126-135.
  40. Center for Disease Control. Outbreak of hepatitis B associated with an oral surgeon-New Hampshire. MMWR Morb Mortal Wkly Rep 1987;36(9):132-133.
  41. Chang v. University of Iowa School of Dentistry. U.S. Department of Health and Human Services Office of Civil Rights Docket #07923091 1995.
  42. Ahtone J, Goodman RA. Hepatitis B and dental personnel: transmission to patients and prevention issues. J Am Dent Assoc 1983;106(2):219-222.
  43. Goodwin D. An oral surgeon-related hepatitis B outbreak. Calif Morbid 1976;14.
  44. Hadler SC, Sorley DL, Acree KH, Webster HM, Schable CA, Francis DP, et al. An outbreak of hepatitis B in a dental practice. Annals of internal medicine 1981;95(2):133-138.
  45. London Department of Health. Hepatitis B infected health workers. HSC 2000/020 2000.
  46. McGaw T, Peters E, Holton D. Dental Students with Hepatitis B e Antigen: A Survey of Canadian Dental Schools. J Can Dent Assoc 2000;66(10):562-563.
  47. Reingold AL, Kane MA, Murphy BL, Checko P, Francis DP, Maynard JE. Transmission of hepatitis B by an oral surgeon. The Journal of infectious diseases 1982;145(2):262-268.
  48. Shaw FE, Jr., Barrett CL, Hamm R, Peare RB, Coleman PJ, Hadler SC, et al. Lethal outbreak of hepatitis B in a dental practice. JAMA 1986;255(23):3260-3264.
  49. Canadian Dental Association. Code of Ethics, Article 2, Competency. 1991 [cited November 15, 2006]; Available from: http://www.cda-adc.ca/en/cda/about_cda/code_of_ethics/index.asp

 

Adopté  Février 2010 – À être révisé 2014